Military Communications and Electronics Museum | Musée de L'électronique et des communications militaires

Faire un don maintenant par CanadaHelps.org!Donate Now Through CanadaHelps.org!\

Museum Logo

(Cliquer logo pour directions routière)

Passer nous vos opinions et vos suggestions sur notre site web, cliquer l'enveloppe

 

Les premiÈres annÉes

Le tout dÉbut

Les Communications militaires de la pré-confédération du Canada était au mieux rudimentaires. Les Garnisons britanniques ce fiait a la correspondance écrite, aux estafettes, aux officiers de liaison et, lorsque pratique, des dispositifs de signalisation primitive de courte portée telles que les heliographs et les tours du systèmes de sémaphore.  Le systèmes Commercial du télégraphe, introduit en 1846, était utilisé de temps a autres.

Avec la Confédération de 1867, les garnisons britanniques avait commencé à se retirer.  Le nouveau gouvernement canadien assume lentement la responsabilité de la défense canadienne. La Milice avait des éléments de communications dans ses unitées d'artillerie, de la cavalerie et de l'infanterie, cependant, il n’y avait pas de standardisation et acune communications militaires tactiques ou stratégiques passer le niveau d'unité.

 

Au seuil

L’existance du Corps Canadian Royale des transmissions est en grande partie grace à la guerre sud Africaine. Il est probables que c’est la guerre qui a lié Bruce Carruthers aux transmissions. Bruce est né en 1863 et après avoir obtenu son diplôme du Collège militaire royal, à Kingston, en Ontario. Il accepte une commission avec l'armée régulière britannique en tant que sous-lieutenant avec les 21e lanciers. Au début de la guerre sud Africaine, alors qu’il est capitaine, il abandone sa commission afin d’aller outre-mer. Il est promu rapidement au grade de sergent et se distingue sur le champ de bataille. C’est au cours de son deuxième tour de service en Afrique du Sud que le capitaine Carruthers, qui en compagnie d'autres personnes notables, observent que l’ont pourrait faire meilleur utilisation des transmissions. C'est alors de son retour au Canada que le capitaine Carruthers débute une campagne afin de persuader les autorités militaires de mettre sur pied un service dédié aux transmissions.

La guerre qui inévitablement était à venir en Europe, évoque un certain enthousiasme a devenir soldats et insites les réformes du Lord Dundonald de la milice canadienne qui les développes en vue de satisfaire aux hostilités. A cette période, les communications avancées, si ont parle d'un corps entraîner et spécialisés, n’existait pas au sein des armées de l'Empire. C’était le but de Bruce Carruthers de créer cette entité et c’est dans cette mesure que le Corps canadien des transmissions est devenue réalité, et en grande partie son monument. Une ordonnance générale speciale dater du 24 Octobre 1903 voit la création du Corps canadien des transmissions.

Cette même année, les ingénieurs canadiens recoivent la responsabilitée  des communications tandis que le nouveau Corps des Transmissions est créer pour standardiser les communications.

IDENTITE CONFIRMER

En Mars 1908, le Major Carruthers conçoit la première écusson du Corps des Transmissions canadienne qui est ensuite approuvé. Cet écussons aux drapeaux croisés est une variation de l’écusson des 21e Lanciers (avec qui un jeune lieutenant Carruthers avait servi). Le corps choisi la devise, "Velox - Versutus - Vigilans" (Rapide – Qualifiés - Vigilant) qui est ajouté à l'insigne en place d'un nom régimentaire.

La couleur d’affontrement du gris français des 21e lanciers est également adopté pour le nouveau Corps canadien des transmissions.

Les Signaleurs qualifiés était autorisés à porter une écusson distinctive sur le bras droit, ensuite la première uniforme distinctive aux transmissions est autorisé. Le Gris français est ajouté a l’uniforme qui distinct le corps des transmissions.


Création d'une norme

Le mandat originale du Corps canadien des transmissions en 1903 est de standardiser uniformément les façons de communiquer. Les membres du Corps deviennent des instructeurs.

La première école provisoir des transmissions a été autorisé en 1904. Au cours des deux prochaines années ont trouvent des écoles à Ottawa, Kingston, Winnipeg, Montréal, Halifax, London, Québec et Toronto.

En 1905 Le Major Carruther rapporte que 68% des 546 officiers et hommes du Corps qui avait reçu l’entrainement en sémaphore au cours des camps d'été ce sont qualifié.
 
En août 1911 une formation de cours spécialisé prend lieu à Petawawa, évolue en 1912 et devient l’école des transmissions. Une guerre semble imminente en Europe, les signaleurs Canadien se prépare pour leur rôle dans la prochaine guerre.